Le bon sens chez Vinci (aussi) – Extraits choisis d’une interview du PDG

Xavier HUILLARD – Président-directeur général de Vinci – in Les Echos du 2 déc. 2016 

“Le changement, c’est 5 % de réflexion et 95 % de sueur. Il faut commencer par réfléchir mais après reste le plus dur… Il faut mettre en œuvre. Pour ça, il faut une vision, des qualités managériales pour faire adhérer le corps social, et ensuite il faut conduire le changement. C’est un triptyque : vision, courage et action.”

“Intégrer une entreprise, c’est passer d’une logique administrative à un esprit entrepreneurial, c’est motivant. Le mode de fonctionnement de base de la sphère publique, c’est que tout remonte et que vous ne pouvez pas bouger une oreille si vous n’avez pas reçu une instruction.Alors que le monde est en train de s’horizontaliser, notamment en raison de la révolution digitale ! L’autre enseignement de ces vingt dernières années, c’est que plus personne ne peut prétendre avoir la vérité révélée, la solution à tous les problèmes. La seule méthode, c’est l’expérimentation. C’est ce qu’on appelle les méthodes agiles : j’expérimente (dans un coin de France pour l’Etat, dans un coin de l’entreprise pour ce qui concerne Vinci),je constate, je corrige (rapidement, ce sont des cycles de six mois), au final, c’est bon et je généralise, ou ce n’est pas bon, j’abandonne l’idée et j’expérimente autre chose.Alors que le mode de fonctionnement de la sphère politico-administrative, c’est plutôt de considérer qu’il y a des gens au sommet qui ont la vérité révélée, qui savent comment traiter le problème,sont convaincus qu’il faut le traiter de la même manière dans tous les coins de France et qui pensent qu’à partir du moment où ils ont fait preuve d’intelligence pour élaborer la solution, l’intendance suivra.”

 

Be Sociable, Share!

    Leave a Reply